C’est une école dont les racines objectives remontent à l’année 1996 par l’organisation de groupes réguliers de méditation à Louvain-la-Neuve, groupes basés sur différentes pratiques de méditation.

Pourquoi différentes pratiques de méditation ?

On distingue deux grands types de Méditation : d’une part, la Mindfulness Meditation (dite « de Pleine Conscience » ou « Pure Attention ») c’est une méditation dans laquelle on ne s’attache à rien de particulier, elle est « sans objet »; on observe, on laisse passer le flux des pensées ou autres perceptions « tout change, tout fluctue ». Psychologiquement, c’est un processus de désidentification. D’autre part, la méditation de concentration (Concentrative Meditation), centrée sur un objet ; dans ce cas, on choisit un objet, un thème sur lequel on centre l’attention durant toute la session. Psychologiquement, c’est un processus d’identification.

En quoi l’EMI est-elle différente des autres écoles ?

Elle est semblable en ce qu’elle propose les formations habituelles, classiques, de Mindfulness (MBSR, MBCT) ; elle est différente par d’autres pratiques : la sophrologie, le Yoga intégral de Sri Aurobindo et certaines méditations « occidentales » ; nous parlons d’énergie, concept mal reçu dans les milieux académiques (comme le terme « kundalini » !). « Pleine Conscience » se réfère à la conscience, mais cette notion n’est pas expliquée dans les groupes MBSR et MBCT ; la conscience est considérée comme « allant de soi » sans en discuter les fondements. Nous proposons un module sur la conscience.

Quel est l’intérêt, selon vous, des pratiques de méditation ?

Dans notre société, la méditation (Mindfulness) est devenue une méthode de choix pour « gérer le stress » et toutes nos tensions intérieures : l’anxiété, la dépression, le burn-out et tous les troubles psychosomatiques. Le côté scientifique de ces pratiques attire les personnes réticentes au départ. Les études de neurosciences et de biologie confirment l’impact psychique et psychosomatique de la méditation. Un autre aspect de la méditation dans notre société est la recherche du bien-être, la quête du bonheur. Toutes ces pratiques trouvent leur origine dans des pratiques spirituelles (bouddhisme, hindouisme, judaïsme, christianisme, Islam). Pour beaucoup, pratiquer la méditation permet de se connaitre, de trouver le sens de la vie. Nous avons développé, à l’Institut de Nouvelle Hypnose, un cycle qui complète ceux de MBSR et MBCT. C’est la MCMT (Mindfulness and Concentrative Meditation Therapy avec le principe « Mind is the builder ») par laquelle on apprend à choisir sa propre identité. C’est un processus de connaissance de soi, avec un outil original appelé « Mind Scan ».

Que proposez-vous ?

Une formation structurée en 2 années donnant une compétence d’ « instructeur en méditation », pour la mindfulness et autres approches. Les inscriptions se clôturent fin février 2019 et une première session aura lieu le samedi 23 mars, avec un atelier : « la Mindfulness en question(s) ».

Autres commentaires ?

A part les liens avec le Yoga intégral d’Aurobindo, nous suivons aussi les publications d’Atlantic University (Virginia beach) centrées sur les relations entre le « psychologique » et le « spirituel ». L’être humain a en lui ce besoin d’unification (que CG JUNG appelle individuation) ; la méditation est un des moyens de réaliser cette unification de l’être que nous cherchons, également à travers notre complément masculin ou féminin, qui nous unifie avec nous-même et avec les autres.

Renseignements à infomedit@gmail.com

Réponses élaborées par le Dr Philippe ANTOINE, également promoteur du mouvement de médecine intégrative.

Organisation et contact : Dr. Philippe ANTOINE, Tél. 0491 520 524, infomedit@gmail.com